tiare


tiare

tiare [ tjar ] n. f.
• déb. XVIe; thiaire 1382; tiara 1374; lat. tiara, o. persane
1Coiffure circulaire, entourée de trois couronnes, que portait le pape dans certaines circonstances solennelles. Tiare pontificale. Ceindre, coiffer, porter la tiare : devenir, être pape. — Par méton. (1680) Dignité papale.
2(1511) Coiffure de forme conique portée par certains dignitaires, dans l'Orient antique.

tiare nom féminin (latin tiara, du grec tiara) Coiffure d'apparat qui était le symbole de la souveraineté dans l'Orient ancien et à Byzance. Coiffure d'apparat portée par le pape jusqu'à Paul VI (qui y renonça). Dignité papale.

tiaré ou tiare
n. m.
d1./d Arbuste de Polynésie (Gardenia tahitensis, Fam. rubiacées).
d2./d Fleur de cet arbuste. Monoï parfumé au tiaré. Le tiaré est l'emblème de Tahiti.
————————
tiare
n. f. Haute coiffure à triple couronne que portait le pape dans les cérémonies solennelles.

⇒TIARE, subst. fém.
A. — 1. HIST. DU COST. Coiffure haute et conique, d'origine orientale, insigne chez certains peuples de l'Antiquité du pouvoir civil ou religieux. Tiare du Grand Roi. Les Asiatiques au teint jaune clair, aux yeux d'azur, à la barbe frisée en spirales, coiffés d'une tiare maintenue par un bandeau (GAUTIER, Rom. momie, 1858, p. 206). Il arracha sa tiare, insigne de sa dignité, sa tiare à huit rangs mystiques dont le milieu portait une coquille d'émeraude (FLAUB., Salammbô, t. 1, 1863, p. 132). V. mitre A 1 ex. de Hugo.
En partic. Coiffure du grand-prêtre chez les Hébreux. Tout arrêt doit venir du grand-prêtre. Caïphe se lève le dernier, la double corne au front; Dressant cette tiare où toujours brilleront Les deux rayons du chef de la terre promise (HUGO, Fin Satan, 1885, p. 865).
2. Haute coiffure ornée de trois couronnes, enrichie de pierreries et surmontée d'un petit globe et d'une croix, que portait, jusqu'à Paul VI, le souverain pontife dans les cérémonies solennelles. Le jour de son couronnement (...) le pape se montre au peuple, la tête couverte d'une tiare. Elle a été ornée successivement de trois couronnes, pour indiquer la réunion des trois genres de puissance, impériale, pontificale, paternelle (STENDHAL, Rome, Naples et Flor., t. 2, 1817, pp. 346-347). Depuis Jean-Paul Ier et Jean-Paul II, ce simple insigne [le pallium] remplace la pesante tiare à triple couronne, jusque-là imposée au nouveau pape, depuis Pascal II en 1099 (P. POUPARD, Le Pape, 1980, p. 56).
Loc. verb., littér. Ceindre, coiffer, porter la tiare. Devenir, être pape. [Grégoire IX] octogénaire au moment où il ceignit la tiare (1227), montra pendant ses quinze ans de règne la plus indomptable énergie (MONTALEMBERT, Ste Élisabeth, 1836, p. XVII). Poser, mettre la tiare sur la tête de qqn. Le faire pape (Ac.).
P. méton., littér. La dignité papale, la papauté. Être digne de la tiare; aspirer, renoncer à la tiare. Omer Héricourt (...) briguerait la mitre, la pourpre et la tiare (ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 391). Je n'ai pas fait un geste qui permît de supposer que j'ai l'ambition de la tiare, mais en présence de cet empiétement sur les droits de l'Église, je me présente (BARRÈS, Cahiers, t. 7, 1908, p. 98).
3. P. anal. Ce qui rappelle la tiare par sa forme. Le véritable triomphe de cette cathédrale [de Strasbourg], c'est la flèche. C'est une vraie tiare de pierre avec sa couronne et sa croix (HUGO, Rhin, 1842, p. 355). Il lui semble toujours, quand il évoque son doux fantôme dans les ténèbres, voir autour de son vaste front une auréole ou une tiare de lumière (BAUDEL., Paradis artif., 1860, p. 445).
B. — P. anal., CONCHYLIOL. Tiare bâtarde. Mollusque dont la coquille est de forme conique. Synon. volute. Le crustacé se substitue au mollusque dans la tiare bâtarde (PONGE, Parti pris, 1942, p. 58).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1374 tyara [forme lat. dans un cont. fr.] « mitre à trois couronnes, que porte le pape dans les cérémonies solennelles » cydare ou tyara (J. GOULAIN, Ration., Richel. 437, f° 93b ds GDF., s.v. cydare); ca 1389 thiaire (PHIL. DE MAIZIERES, Songe du viel peler., Ars. 2682, f° 94c ds GDF. Compl.); b) 1680 la tiare « la dignité papale » (RICH.); 2. 1511 « coiffure haute autrefois en usage chez les peuples orientaux » (LE MAIRE, Différence des schismes ds Œuvres, éd. J. Stecher, t. 3, p. 259); 3. 1832 « couronne évoquant une tiare » (HUGO, N.-D. Paris, p. 154: une superbe église fortifiée dont la ceinture de tours, dont la tiare de clochers). Empr. au lat. d'époque impériale tiara « tiare (coiffure des Orientaux) » lui-même du gr. « id. » empr. oriental d'orig. inc. (CHANTRAINE). Fréq. abs. littér.:177.
DÉR. Tiaré, -ée, adj., littér. Coiffé d'une tiare, qui porte la tiare. Cette idole peinte et tiarée, immobile dans son manteau d'or (HUYSMANS, Oblat, t. 1, 1903, p. 41). Le roi [dans la sculpture assyrienne] dont la tête reste tiarée, les cheveux et la barbe huilés, parfumés, frisés, égorge ou étrangle avec calme le monstre (FAURE, Hist. art, 1909, p. 64). []. 1re attest. 1887 ce monarque rouge, tiaré d'or (HUYSMANS, En rade, Paris, Plon, p. 52); de tiare, suff. . — Fréq. abs. littér.: 11.

tiare [tjaʀ] n. f.
ÉTYM. Déb. XVIe; tiara, 1374; thiaire, 1382; du lat. tiara, mot d'orig. persane.
1 Coiffure de forme conique, portée par certains dignitaires, dans l'Orient antique (souverains mèdes et perses; grands prêtres juifs). → 1. Faste, cit. 6; pectoral, cit. 3.
1 Dès longtemps elle hait cette fermeté rare
Qui rehausse en Joad l'éclat de la tiare.
Racine, Athalie, II, 1.
2 Le front du pontife (un grand prêtre hébreu) était ceint d'une tiare terminée en croissant, d'un tissu de lin, brodé de perles (…)
Nerval, Voyage en Orient, Nuits du Ramazan, III, IX.
3 Maintes formes souterraines de l'empire, depuis les stèles de Macédoine jusqu'aux dieux Antaios d'Égypte, en passant par la Syrie et le Hauran, lui sont confusément apparentées. Les bas-reliefs de Palmyre et de Doura lui appartiennent. Ceux des Sassanides en sont les successeurs manifestes, comme Shapour est le successeur manifeste de ses rois à tiare.
Malraux, la Métamorphose des dieux, p. 120.
2 Liturg. cathol. Coiffure circulaire, entourée de trois couronnes, que porte le pape (cit. 2) dans certaines circonstances solennelles (→ Mitre, cit. 3). || Tiare pontificale. || Ceindre, coiffer, porter la tiare : devenir, être pape (→ Pontifical, cit. 1).Par métonymie. Dignité papale.
3 Couronne évoquant une tiare. || « Une auréole ou une tiare de lumière » (Baudelaire).
DÉR. 1. Tiaré.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • tiaré — tiare [ tjar ] n. f. • déb. XVIe; thiaire 1382; tiara 1374; lat. tiara, o. persane 1 ♦ Coiffure circulaire, entourée de trois couronnes, que portait le pape dans certaines circonstances solennelles. Tiare pontificale. Ceindre, coiffer, porter la… …   Encyclopédie Universelle

  • Tiaré — Tiare tahiti Tiare tahiti …   Wikipédia en Français

  • tiare — TIARE. s. f. Sorte de bonnet orné de trois couronnes l une sur l autre, qu on met sur la teste des Papes en de certaines fonctions solemnelles. Tiare enrichie de pierreries. Tiare, parmi les anciens Parthes, Perses, & autres peuples Orientaux,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Tiare FM — est une station de radio de Tahiti en Polynésie française. Elle diffuse de la musique locale tahitienne. Portail de la Polynésie française Catégorie : Radio en Polynésie française …   Wikipédia en Français

  • tiare — (ti a r ) s. f. 1°   Ornement de tête en usage autrefois chez les Perses, chez les Arméniens, chez les Juifs. •   Il lui mit la tiare sur la tête ; et, au bas de la tiare qui couvrait le front, il mit la lame d or consacrée par le saint nom qu… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Tiare — Une tiare (du Perse تاره tara traduit en latin en tiara) est une sorte de couronne. Ce mot fait référence à deux types de couronne. Traditionnellement, le mot «tiare» fait référence à une couronne de forme haute, souvent de forme cylindrique,… …   Wikipédia en Français

  • TIARE — s. f. Ornement de tête qui était autrefois en usage chez les Perses, chez les Arméniens, etc., et qui servait aux princes et aux sacrificateurs. Ceindre la tiare.   Il se dit présentement d Un bonnet orné de trois couronnes, que le pape porte… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TIARE — n. f. Ornement de tête, de forme conique, qui était autrefois en usage chez les Perses, chez les Arméniens, etc., et qui servait aux princes et aux sacrificateurs. Ceindre la tiare. Il se dit aujourd’hui d’une Haute coiffure ornée de trois… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • tiare — centiare tiare …   Dictionnaire des rimes

  • Tiare — noun . Used in Hawaii since the 1980s …   Wiktionary